Nouvelle du vendredi 17 décembre 2010.
custom4 copy
RedBanner

J’aimerais vous parler de la rencontre d’un homme né en Nouvelle-Écosse, à Cap Sable, dont les origines sont sénégalaises. Sa famille en est à sa neuvième génération au Canada; il s’appelle Paul Fehmiu-Brown. Il est historien, auteur et a écrit une trilogie sous forme de roman sur l’esclavage des Noirs au Canada. Je connaissais ce triste spectre de notre histoire mais je n’avais jamais rencontré de personnes pouvant me parler avec une aussi grande justesse de ces êtres déracinés de leur pays, déshonorés et souvent maltraités sur le territoire canadien. Surtout, ne croyez pas que le Québec a été différent car le premier esclave est arrivé en 1628 et son maître était un père Jésuite du nom d’Olivier Lejeune. Après toutes ses longues années sur notre continent, Paul est particulièrement attristé quand ses élèves de l’université du Québec à Montréal, l’UQAM, lui demandent encore aujourd’hui : « De quel endroit venez-vous »? Ce qui demeure surprenant dans tout cela, c’est qu’il parle la langue française comme la majorité de tous les autres Québécois mais la plupart de gens ne le reconnaissent pas comme un Canadiens Français.

Je vous suggère comme lecture « Ces Canadiens oubliés, Tomes 1,11 et 111 » de Paul Fehmiu-Brown aux éditions Livres 5 continents.

Je voudrais vous transporter maintenant dans le monde d’un autre auteur, cette fois-ci né à Bathurst au Nouveau-Brunswick, Réjean Roy. Un Acadien résidant à Montréal depuis plusieurs années. Le livre dont j’aimerais vous entretenir est un roman dont l’histoire a été inspirée d’un fait vécu, « Amère Liberté ». Le livre raconte l’histoire d’une jeune fille souffrant d’épilepsie dont les préjugés et la discrimination l’ont amenée à vouloir prouver aux autres qu’elle était comme eux. La douleur qu’elle a vécue reliée au jugement d’autrui, faussa sa perception de son problème de santé, ce qui l’amena à prendre une mauvaise décision qui lui couta la vie.

Pour ceux qui voudrait connaître son histoire, « Amère liberté », Réjean Roy, Les éditions de l’Étoile de la mer.

Je termine sur une note plus joyeuse. Ce fut avec beaucoup d’émotion que j’ai écouté la lecture d’un extrait de « Arizona; Mercedes Leroyer, partie 2 » à la bibliothèque du Mile-End. Lise Gascon, spécialiste en création théâtrale, a lu un passage sur un rituel de la mort du peuple des Navajos, cette partie de mon livre se déroulant dans un hôpital de la Nouvelle-Orléans. C’était la première fois que l’on donnait vie à mes personnages avec une telle intensité et justesse. Cet événement littéraire avait été organisé par la CDDL « Coopérative de distribution et de diffusion du livre » et a eu lieu le 4 décembre à la Bibliothèque du Mile-End sur la rue de l’Avenue du Parc à Montréal.

Je vous reviendrai en février 2011 pour la prochaine nouvelle.








Nouvelle du vendredi 19 novembre 2010.

J’ai été élevée en région et mon père était un garde forestier. La nature et les animaux sauvages étaient toute sa vie. J’étais haute comme trois pommes et il m’emmenait déjà avec lui à la pêche et plus tard, ce fut l’initiation à la chasse. Il m’a enseigné le tir alors que j’étais adolescente.

J’étais partie avec un ami à la chasse à la perdrix un bel après-midi d’automne. Il venait de s’acheter un nouveau petit bijou. C’était un fusil de calibre 12, semi automatique dont le bois au verni satiné brillait sous le soleil. Le copain « s’en pétait les bretelles » comme on disait dans mon coin de pays. Après avoir raté deux perdrix, son enchantement avait un peu diminué… il se tourna vers moi, me tendit son arme et me dit : « Si tu descends la prochaine que l’on voit avec mon fusil, je te l’échange contre le tien ». J’ai résisté à sa proposition durant quelques minutes, mais seulement pour la forme, et puis, j’ai accepté. Nous avancions lentement dans le vieux chemin quand j’ai entendu une gélinotte huppée qui s’envolait dans le sous-bois. J’ai déposé un genou sur le sol humide, épaulé le fusil, et quand elle est sortie de la forêt, alors j’ai anticipé sa trajectoire en pointant au-dessus de sa tête et j’ai tiré. Elle est tombée en voletant et je me suis mise à courir afin d’aller vérifier si elle était bien morte. Mon père m’avait appris que l’on pouvait chasser pour se nourrir mais que cela était absolument inconcevable de laisser souffrir inutilement un animal blessé. Avec un regard solennel, mon compagnon d’aventure vint me rejoindre, déposa la perdrix dans la gibecière qu’il portait à son épaule et en souriant il me dit : « Il est fait pour toi ». Je serrai dans mes mains ce cadeau inattendu. J’étais devenue en ce début de novembre, l’heureuse propriétaire d’un magnifique Beretta avec, gravé sur sa culasse, deux canards et possédant une gâchette en or… Cet ami était pourtant un excellent tireur à la carabine et au revolver. Cette journée se termina sur une bonne note pour lui car il a réussi à abattre un lièvre avec mon vieux fusil Remington.

Mon père est décédé. J’ai laissé la chasse, mon mentor n’était plus. J’ai fait du tir à la cible au revolver durant quelques années et puis j’ai cessé. J’avais gardé ma collection d’armes, et un bon jour, j’ai tout vendu, excepté mon revolver Smith and Wilson de calibre 38 à canon court.

En rentrant du travail, un soir de novembre 2009, j’ai trouvé un message de la sûreté du Québec me demandant de les rappeler. Le registre des armes à feu avait changé leurs règlements pour ce type d’arme à autorisation restreinte. L’agent à qui j’ai parlé m’a informée que j’avais deux alternatives si je voulais le garder; je devais de nouveau faire partie d’un club de tir ou demander un permis de collectionneur. Pour la deuxième possibilité, cela représentait plusieurs heures d’étude afin de pouvoir réussir l’examen théorique sur les armes de cette catégorie. En mars 2010, j’ai téléphoné à la police de ma municipalité et un agent est venu chez moi pour chercher mon revolver. Le policier, voyant ma tristesse de me séparer du dernier vestige d’une époque révolue, me raconta qu’il en avait possédé un, presque identique, et qu’il avait fait le choix tout comme moi de le faire détruire.

Je termine avec cette petite histoire qui m’est arrivée avec mon père. Nous étions allés à la pêche et nous avions attrapé plusieurs belles truites mouchetées. De retour à son petit chalet de pêche et de chasse, mon père était allé nettoyer les poissons dehors pendant que je lavais les légumes afin de préparer notre repas du soir. J’entendis un grognement; j’ai levé la tête pour regarder par la fenêtre et j’ai aperçu un ours noir qui se dirigeait vers les truites… ainsi que mon père. J’ai attrapé la carabine qui était accrochée au mur, ai pris quelques cartouches et suis sortie dehors pour venir à son secours. Mon père gesticulait dans tous les sens et parlait très fort à l’ours qui était monté sur ses deux pattes arrière. L’animal sembla hésiter, puis il redescendit sur ses quatre pattes, se retourna lentement et rebroussa chemin vers l’orée du bois. J’avais les jambes tremblantes pendant que mon père venait vers moi en ayant pris soin au préalable de ramasser les truites. Il riait en me disant : « Tu imagines; il a bien failli manger notre souper, qu’il s’en attrape tout seul du poisson! ». J’ai regardé mon père et je savais que tout comme moi, il n’aurait pas aimé que ce bel animal soit tué inutilement.



France Valiquette

Nouvelle du vendredi 22 octobre 2010.

Le Salon du Livre de la Péninsule acadienne fut une merveilleuse aventure. Les gens avaient souvent de nombreux livres dans leurs bras qu’ils serraient sur leur cœur; et que dire de l’hospitalité légendaire acadienne! Que ce soit au Nouveau-Brunswick, en Louisiane ou au Québec, cela m’impressionne toujours. Je considère que le travail que les bénévoles ont accompli durant ce salon du livre était exemplaire et est une partie importante de la grande réussite de ce bel événement littéraire.

J’ai rencontré un environnementaliste et écrivain québécois des plus sympathique, Serge Fortier. Un homme pacifique qui avait assisté à différentes rencontres sur le gaz de schiste et qui m’a drôlement éclairée sur le sujet. Un autre monsieur acadien de Shippagan dont j’ai malheureusement oublié le nom m’a offert une carte de la revue « National Geographic ». Elle illustre les puits de pétrole et les 3 500 plates-formes se trouvant dans le Golfe du Mexique. La carte explique également les écosystèmes marins de ces côtes. Ce partage de valeur et de respect de la nature m’a profondément émue et je remercie la vie d’avoir mis ces personnes sur ma route.

Le Hasard… m’a permis de faire la connaissance d’un auteur de livres pour enfants de cette région, également musicien qui a comme projet d’aller enregistrer un CD à Nashville. Ryan McIntyre est Irlandais. Dans la partie 3 de « Mercedes Leroyer », vous allez retrouver l’histoire d’un Irlandais de Nashville qui a fui vers la Californie mais qui y reviendra pour un festival de musique. J’ai écrit ce chapitre de mon livre le printemps passé.

Les longues heures de voiture pour me rendre à Shippagan ont été vécues dans la bonne humeur. J’ai écouté la musique du dernier album intitulé « AmerIcana », produit à Nashville, de Rock Voisine. Mon autre coup de cœur a été le dernier CD d’Eric Clapton paru à la fin septembre. C’est un pur plaisir musical pour mon oreille et sous la chanson « Autumn Leave », les coloris de l’automne sur le chemin du retour défilaient sous mes yeux éclairés par l’astre divin, le Soleil.



France Valiquette

Stand au Salon du Livre de la Péninsule acadienne. Serge et France


Nouvelle du vendredi 24 septembre 2010.

Nous allons bientôt célébrer la fête de L’Action de grâce. Pour le peuple des Navajos, cette fête est un moment important pour remercier leur mère, la Terre et ses amis le soleil, l’eau et le vent. Notre noble Terre qui, dans ses entrailles, nourrit toute les formes de vie, les végétaux qui sont les êtres les plus sensibles qu’elle porte, les animaux qui luttent pour leur survie et pour se reproduire tout en gardant l’harmonie avec la nature et… ceux que l’on surnomme les hommes. Les traditions de respect et d’amour envers la Terre qui sont transmises à leurs descendants par certains peuples sont d’une grande valeur et essentielle à l’équilibre de notre planète.

J’ai pris quelques jours de congé au début de septembre et je me trouvais dans la baie de Narragansett dans le Rhodes Island lors du passage de l’ouragan Earl. Heureusement, cela n’a pas été trop difficile, ce fut seulement une soirée de forte pluie et de grands vents. Le lendemain, celui-ci demeura, mais sous un magnifique ciel sans nuages. À la fin de cette belle journée, je me suis rendue admirer les derniers rayons de soleil près de l’océan après avoir entendu quelques chansons et regardé des danses traditionnelles irlandaises à un festival à Newport. Les vagues étaient impressionnantes, d’une forte intensité et plusieurs personnes s’en émerveillaient. Une grande tristesse m’a alors envahie; pourquoi, mais pourquoi nos océans sont-ils devenus si pollués, si nous les admirons à ce point ?

Je crois que je n’ai pas besoin de vous rappeler la détérioration de notre planète durant cette dernière décennie. Nous la traitons comme certains maîtres, jadis, traitaient leurs esclaves. La différence entre nous et ces tyrans, c’est que nous ne pourrons pas acheter une autre Terre pour les générations futures. Nos descendants vont devoir s’adapter à ce que notre inconscience matérialiste va avoir créé. Je me demande chaque jour comment l’être humain supposément « le plus intelligent » de la planète peut continuer de perpétuer autant de destruction sur son passage. Nous avons pu pourtant constater que différentes civilisations avaient complètement disparu parce qu’elles avaient toutes été détruites pour avoir voulu acquérir de plus en plus de pouvoir et pour satisfaire leur orgueil.

Je nous suggère de prendre quelques minutes de réflexion sur ce que représente pour chacun de nous « faire une action de grâce pour la terre » quotidiennement. Et si… nous manquons d’idées, nous pourrions prendre exemple sur certains peuples ainsi que sur les animaux, les vrais, pas ceux que nous traitons comme s’ils étaient nos enfants.

Je serai à Shippagan avec les Acadiens du Nouveau-Brunswick pour rendre grâce à notre mère la Terre au Salon du livre de la Péninsule Acadienne.



France Valiquette

Nouvelle du vendredi 27 août 2010.




J’ai écrit sur la pochette de mon premier livre : « S’il n’y avait plus de musique, mon âme s’éteindrait ». J’ai finalement compris, suite à l’écriture de cette phrase, que c’était certains artistes, en interprétant leur musique, qui me permettaient de nourrir mon âme de l’énergie du son qui fait vibrer leur instrument.

Ma plus belle découverte de l’été s’est passée au Festival Folk sur Richelieu et a été le groupe de **KLEZTORY**.

Il interprète de la musique Klezmer, celle des musiciens juifs itinérants qui parcouraient l’Europe de l’Est du 19e au 20e siècle. La musique de ces différents pays se côtoie : Pologne, Roumanie, Ukraine, Turquie, Hongrie, Grèce ainsi que des airs d’origine tsigane. J’ai apprécié chacun des musiciens mais c’est sous le violon d’Elvira Misbakhova, d’origine russe, que mon cœur s’est complètement ouvert à la richesse de cette musique que je connaissais déjà depuis plusieurs années. Le soleil s’est couché sous la magie de son violon ; un souvenir mémorable gravé à jamais dans ma mémoire.
www.kleztory.com

Mon deuxième coup de cœur était au Festival International de Jazz de Montréal et c’était le **BILLY’S BAND**.

C’est un groupe qui ne jure pratiquement que par Tom Waits. Les membres du band sont d’origine russe et leur musique vacille entre le blues et des ballades aux sonorités slaves. Leurs histoires nostalgiques étaient racontées de façon intimiste et la richesse de leurs interprétations m’a fait glisser dans leur univers; ainsi, j’ai complètement perdu la notion du temps et de la réalité.
www.billys’sband.com

Cette aventure s’est passée à l’Astral avec le **CORKY SIEGEL’S Chamber Blues**. Le groupe interprétait du Blues style Chicago accompagné d’une musique de chambre initiée par l’harmoniciste et compositeur Corky Siegel. Même avant la fin de la première pièce de musique, la salle était conquise. Nous étions transportés dans une atmosphère où les musiciens arrivaient à faire « parler et chanter » leur instrument. Une violoniste japonaise a interprété la première partie d’une pièce musicale sur un instrument traditionnel de son pays que, je crois, les Geisha apprenaient à jouer. Un silence plus que religieux flottait dans la salle ; c’était un pur moment de grâce.
www.corkysiegel.com


Vous pouvez me partager vos coups de cœur musicaux en cliquant
sur « contacter ».



France Valiquette

Photo : Groupe Kleztory
Pièce musicale : Firen di Mekhutomin Aheym

Nouvelle du vendredi 18 juin 2010.

Il y a quelques semaines, je me rendais à la banque après une expérience merveilleuse. J’avais comme toutes les semaines joué avec une jument Haflinger selon la méthode de Parelli. C’est l’art d’apprendre à connaître la façon de vivre grégaire des chevaux et de s’y intégrer, ce qui signifie qu’ils finissent par nous prendre pour des amis et non pour des abuseurs ou bien des personnes représentant de véritables dangers pour eux. L’affection que me démontre ce cheval par moments me déstabilise complètement. J’ai inscrit sur la pochette de mon deuxième livre ; «Le cheval rendra l’homme noble, si l’homme sait l’aimer ». Mais aujourd’hui, je pense qu’ils peuvent également nous aider à vivre plus en harmonie en société.

Je sortais de la banque quand j’ai vu un homme dans la jeune vingtaine, costaud et habillé «vintage», injurier un monsieur ayant passé depuis longtemps le cap de la soixantaine et qui essayait de lui répondre d’une voix forte mais remplie de peur. Le jeune monsieur avait stationné sa BMW rouge dans un endroit interdit et accusait le vieil homme de l’avoir égratignée… Ma voiture était stationnée près de «l’accusé» et je me tenais à l’arrière de mon véhicule avec la ferme intention de protéger le «malfaiteur». Une dame est sortie de l’établissement et a demandé au propriétaire de la voiture rouge ce qui se passait, ce qui a eu pour effet de lui faire hausser davantage le ton et recommencer ses injures. Honteuse, la dame est montée dans la BMW. Une camionnette est arrivée et son conducteur a demandé à l’homme s’il désirait qu’il téléphone à la police; alors, celui-ci lui a répondu d’une voix conciliante que ce n’était qu’une petite égratignure. La fourgonnette est repartie et il est revenu donner un dernier assaut verbal rempli de haine. Le vieux monsieur lui avait répété d’appeler la police et cela avait eu l’effet d’une gifle. Il lui a crié en se rapprochant dangereusement de lui que s’il n’avait pas été aussi vieux, il lui aurait réglé son compte. La flamboyante voiture a finalement quitté le stationnement en trombe et le monsieur près de moi est remonté dans son auto en oubliant de se rendre à la banque.

Je me suis assise à mon tour dans mon véhicule et j’ai fermé les yeux en me demandant pourquoi cet être qui semblait favorisé par la vie avait développé autant de peur camouflée sous une telle colère. J’ose à peine penser comment il réagira un jour quand un de ses enfants le confrontera à sa douleur initiale. N’oublions pas que la colère se retrouve dans des blessures profondes et qu’il nous est profondément important de reconnaitre cette émotion pour pouvoir travailler sur sa véritable origine afin d’être porteur de paix… non de violence.

Bon été à tous. Je serai de retour au mois d’août.



France Valiquette

Nouvelle du vendredi 14 mai 2010.
Harlan Johnson, artiste peintre né à Halifax, vivant à Montréal depuis de nombreuses années.

Cette toile faisait partie d’une exposition qui à été présentée en 2008 et 2009 à Montréal et à Lafayette en Louisiane.


Nous avons tous entendu parler de l’explosion de la plate-forme de pétrole au large de la Louisiane et de son impact écologique mais nous avons rapidement oublié les onze décès suite à cette tragédie. J’avais déjà vu de ces plates-formes et j’avais une vague idée de leur fonctionnement comme beaucoup d’entre vous. Dans mon premier voyage en Louisiane en 2002, j’en ai aperçu une de la côte et à nouveau ma curiosité a été piquée. Durant mon second séjour dans ce charmant état du sud, j’ai eu la chance de discuter avec des Louisianais qui travaillaient sur ces îlots flottants.

Ils quittent leurs familles très tôt le matin pour se rendre sur la côte et monter dans un hélicoptère qui va ensuite les déposer sur les plates-formes. Ces hommes demeurent sur ces lieux de sept à dix jours. Une journée de travail est en moyenne de dix à douze heures. Leur alimentation est souvent médiocre et ils dorment à quatre dans des pièces exiguës dont la propreté laisse souvent à désirer. Ils sont en général bien payés et pour ceux qui acceptent des tâches plus dangereuses, la paye est encore meilleure. Ces hommes sont isolés, enfouissent leurs peurs au plus profond d’eux-mêmes. Ils désirent gagner le plus d’argent possible; alors, certains prennent des risques inutiles pour avoir des bonus. Un employé qui se distingue sera un des premiers sur la liste de rappel de la compagnie si le travail se fait plus rare.

Pendant ce temps, leurs conjointes, travaillant généralement à l’extérieur du foyer, doivent s’occuper seules des enfants et de toutes les autres besognes de la maison. À leur retour dans leurs familles pour quelques jours, ces hommes souhaiteraient retrouver leur femme, ainsi que leurs enfants, souriants et affectueux. Ils aimeraient naturellement ne pas trop entendre parler des soucis et des problèmes qui sont arrivés durant leur absence. Malheureusement, c’est rarement cette réalité qui les attend. Alors, l’alcool devient souvent leur refuge durant leurs congés. Après quelques années de cette vie, le divorce guette plusieurs de ces couples. Et certains hommes recommencent leur vie avec l’espoir qu’une autre femme saura mieux les comprendre et les aider à chasser leur vin triste.

Derrière le pétrole, il y a les industries pétrolières, les gouvernements et nous… Que sommes-nous prêts à faire dans notre vie de tous les jours pour changer notre relation abusive envers cette substance ? Pensons-nous à éteindre le moteur aussitôt que notre véhicule est en arrêt ? Utilisons-nous la climatisation avec modération durant l’été ? L’hiver, avons-nous banni de nos voitures les systèmes anti-démarreur si polluants ? Avons-nous acheté une voiture moins énergivore ou réfléchissons-nous à ce projet?

Nous savons tous que si les peuples s’engagent à changer leurs habitudes, les gouvernements et les industries finiront par emboîter le pas et la planète Terre qui nous a accueillis depuis notre naissance s’en portera mieux.

Une loi de la physique dit : « Un grain de sable peut créer une tempête magistrale ».

        « Voulez-vous être un de ces grains de sable qui créera un univers plus sain? »



France Valiquette

Nouvelle du vendredi 23 avril 2010.
France avec deux guitares en verre soufflé Grey Barnhill Musiciens de la rue


J’ai passé mon congé de Pâques sous le ciel bleu de Nashville, Tennessee. Je voulais assister au Tin Pan South Songwriter Festival qui a lieu une fois par année en avril parce que c’est un festival de musique d’auteurs compositeurs. Nashville est une petite ville des plus sympathiques du sud des États-Unis; la musique est son mentor. Dans le centre-ville, nous y retrouvons, à certaines intersections près des feux de circulation, de la musique qui est diffusée pour agrémenter notre attente. Contrairement à la croyance populaire, ce n’est pas seulement un endroit de musique country car nous y retrouvons aussi du folk, du jazz, du blues, du rock, du bluegrass, du classique et plus encore.

Le spectacle qui m’a le plus fait vibrer était au Edgehill Studios Café. C’est une petite salle de spectacle qui nous permettait de nous sentir au cœur de la musique. Je ne pourrais absolument pas vous dire lequel de ces musiciens était le plus talentueux entre Grey Barnhill, Doug Johnson, Denis Malkosky et Chas Sandford. Ils ont également invité, durant leur spectacle, quatre autres musiciens à tour de rôle à venir chanter et jouer avec eux et naturellement, ils ont tous ensemble terminé la performance. Des voix magnifiques ainsi que d’excellents musiciens. Inutile de vous dire que je flottais quand je suis sortie du spectacle, c’était une soirée mémorable. Ce que je percevais de ces artistes, c’était leur attachement inconditionnel pour la musique qui leur donnait une confiance tranquille et une générosité sans frontière de langue, de race… avec le public.

À Nashville la musique « live » commence en fin de matinée dans les cafés, restos-bars et des musiciens jouent également dans les rues. Vous pouvez entrer et sortir de ces endroits sans payer de frais d’entrée et prendre de consommations. Les gens sont gentils et chaleureux. La politesse et la courtoisie des Sudistes sont toujours très agréables et comme toujours, les Canadiens sont particulièrement les bienvenus.

Le samedi soir, après avoir écouté différentes tendances musicales, je me suis retrouvée dans un Irish Pub comme il m’arrive de le faire dans plusieurs de mes voyages d’ailleurs. Il y avait trois musiciens irlandais. Le soliste, Mulls Mulligan, a réussi à me faire monter les larmes aux yeux en interprétant une belle chanson nostalgique de son pays d’origine parlant d’amour et de liberté.

Nashville est la première ville du sud à avoir accepté les Noirs aux études supérieures. J’ai aussi visité l’incontournable Country Music Hall of Fame que j’ai beaucoup apprécié et qui a sensiblement amélioré ma connaissance de cette musique. Vous y trouvez également le RCA STUDIO B, 27 MUSIC SQUARE W. « Ce lieu aurait produit plus de tubes que n’importe quel autre studio du pays », selon Lonely Planet.



France Valiquette

Nouvelle du vendredi 19 mars 2010.



J’aimerais vous entretenir sur l’un des sentiments les plus nobles que la terre ait porté, « l’amitié ».






L’amitié n’est aucunement motivée par la sexualité et si on y en retrouve une influence, cela demeure secondaire. C’est une relation rare que vivent deux personnes en toute simplicité en dehors de toute forme d’ego et de dépendance. C’est un désir profond d’entretenir un lien authentique et vrai avec une personne qui peut avoir une feuille de route très différente de la nôtre mais dont nous partageons certaines valeurs fondamentales. Seul l’âge du cœur a de l’importance. Deux amis ressentent qu’ils peuvent compter l’un sur l’autre dans les moments réellement difficiles tout au long de leur engagement mutuel dans cette merveilleuse aventure.

Nous avons de nombreuses relations amicales qui comblent nos vides affectifs et nos moments de solitude que nous changeons au fils du temps selon nos variations d’humeur. Nous avons également beaucoup de relations sociales que nous entretenons souvent par politesse et pour se donner l’impression d’être bien entouré. Un ami ne remplacera jamais un parent dont nous ne nous sommes jamais sentis réellement aimés ou compris. Un ami, nous le choisissons avec notre intuition venant des profondeurs de notre cerveau reptilien et nous nous sentons libres durant toute la relation. Notre famille est présente dès notre naissance; nous en sommes dépendants pendant de longues années et certaines personnes en demeurent même prisonnières.

Comme nous vivons dans une époque d’individualisation et d’égocentrisme, l’amitié a perdu beaucoup d’importance; incidemment, je crois même que cela diminue profondément notre qualité de vie.

La véritable amitié est l’une des plus belles choses à vivre malgré tous les obstacles rencontrés sur notre chemin.



France Valiquette

Communiqué de presse
Pour diffusion immédiate




« Arizona; Mercedes Leroyer, partie 2 »

2ième tirage


Le 2ième tirage du second tome de la romancière France Valiquette, Arizona; Mercedes Leroyer, partie 2, sera disponible en mars 2010.

Ce livre vous entraînera avec toute son intensité dans le mystère de ces deux états du sud des États-Unis, : la Louisiane et ses bayous ainsi que l’Arizona et ses cayons.

« Arizona; Mercedes Leroyer, partie 2 »
L’histoire se situe entre la Louisiane et l’Arizona, mettant en scène les Cadiens et les Navajos, deux peuples qui à priori n’ont peut-être que peu de choses en commun, sinon le fait d’avoir failli être exterminés. La trame de l’histoire nous ramène à quelques jours avant le départ de Mercedes et de Peter, son amoureux, pour l’Arizona, quand soudainement ce dernier rompt sa relation avec elle, sans explications. Mercedes décide quand même de se rendre seule dans la réserve des Navajos. Son amour des chevaux l’amènera à tisser des liens profonds avec eux, ainsi qu’avec Ekis, un géologue attachant et sensible qui vit en parfait équilibre entre les connaissances spirituelles de ses ancêtres et le monde scientifique moderne, et qui l’initiera à leurs coutumes. Mercedes, l’incarnation de tous les possibles, tentera de comprendre comment les Navajos ont réussi à vaincre l’adversité et à s’en sortir, au lieu de s’effondrer.

France Valiquette, auteure et thérapeute, a trouvé un tout nouveau sens à sa vie au début des années 1990. Avec ses nombreux voyages en Louisiane et en Arizona, elle est toujours à la recherche du cœur d’un peuple à travers sa culture, ses coutumes et surtout sa musique. Durant ses voyages en Arizona, l’ouverture du coeur et la gentillesse des Navajos lui ont permis, avec sa perception toute personnelle, d’écrire la partie 2 de la trilogie de Mercedes Leroyer.



- 30 -

Nouvelle du vendredi 22 janvier 2010.



Je me suis rendue en Louisiane durant les vacances de la fin de l’année. Le 29 décembre, j’ai retrouvé mon vieil ami cadien, Norbert, au lac Martin vers 13 heures. Il était un peu fébrile car il arrivait du bayou et il avait vu un alligator, ce qui est très rare en cette saison. J’ai monté dans la chaloupe et nous sommes partis très enthousiastes à la recherche de la fabuleuse bête.

Jusqu’à ce jour, je n’avais réussi à prendre qu’une belle photo d’un bébé; autrement, nous ne voyions qu’une tache brune sur l’eau… et nous pouvions penser que c’était un bois flottant!!! La seule fois où je m’étais retrouvée à quelques mètres de ce majestueux reptile avec la possibilité de prendre un bon cliché, je n’avais pas de caméra. J’étais partie observer les hérons blancs et les spatules roses durant leur période d’accouplement et en regardant les oiseaux avec mes jumelles, j’avais entendu un glissement sur le bord du bayou. J’avais ressenti un frisson dans l’échine du dos car en Louisiane, nous devons rester également vigilants à cause des serpents. Il était énorme. Je suis restée à l’observer une quinzaine de minutes; puis, d’autres personnes sont arrivées et il a fui.

L’alligator se trouvait dans une zone du bayou où se rendait plus rarement Norbert. Il l’a retracé assez facilement et selon mon ami, il était dans une demi-dormance, ce qui nous a permis de nous rapprocher de lui facilement. Le reptile devait avoir entre quinze à vingt ans et peser environ soixante livres; ces bêtes peuvent vivre plus de cent ans. J’ai réussi à prendre quelques photos pour immortaliser ce moment privilégié et ensuite, nous avons décidé de le laisser se reposer en toute quiétude.

Nous nous sommes aventurés dans ce coin du marais et le moteur du bateau s’est coincé dans la végétation du bayou. Norbert a réussi à le dégager et quand il a voulu rebrousser chemin, il ne reconnaissait plus le bon canal à travers les roseaux. La chaloupe s’est prise à nouveau, mais cette fois, en plus de la végétation de plus en plus dense, le niveau de l’eau à cet endroit était moins profond. Après avoir essayé avec un aviron de dégager l’embarcation, mon ami a décidé de pousser le moteur à plein régime. La secousse a été telle que l’avant de la chaloupe s’est soulevé dans les airs; j’ai alors été éjectée de mon siège et projetée dans le fond du bateau. Je me suis relevée sans trop de mal sous le regard ahuri de mon compagnon mais dans les minutes qui ont suivi, nous avions les yeux rivés sur le plancher de l’embarcation surveillant si l’eau s’infiltrait. Après ce moment de tension intense et de peur, plusieurs autres tentatives pour se sortir de l’impasse furent tentées et alors le moteur s’est mis à chauffer après avoir projeté un mélange d’eau et de boue derrière son hélice. Norbert, chaussé de ses grandes bottes, a alors décidé de mettre un de ses pieds dans l’eau pour tenter de faire avancer plus facilement la chaloupe et au deuxième essai, nous avons fini par nous sortir progressivement de notre prison de fantômes végétaux du marais. Je gardais toujours un œil sur le plancher de la chaloupe car nous avons ensuite été coincés sur un arbre mort, ce qui nous a demandé encore beaucoup efforts pour se frayer à nouveau un chemin.

Quand nous avons enfin réussi à retrouver le canal, nous nous sommes arrêtés pour nous reposer et Norbert a alors sorti son « Moon shine ». Il m’en a versé une petite quantité dans un verre et lui qui ne boit jamais d’alcool. avec une forte concentration, il s’en est versé une rasade. Mon bon ami a déjà eu un sérieux problème d’alcool à son retour de la guerre et depuis longtemps, il ne boit plus que quelques bières occasionnellement. Je le sentais épuisé et il nous restait encore tout le lac à traverser avant le crépuscule.

Cette aventure m’a permis encore une fois de réaliser à quel point la vie devait avoir été difficile et dangereuse et je voudrais souligner comment grand étaient le courage et la détermination de survivre des Acadiens quand ils sont arrivés complètement démunis en Louisiane.



  France Valiquette