Nouvelle du vendredi 19 juin 2009.

Photo 017P1000247P1000951

J’ai passé ma jeune enfance près d’une rivière dans la région de la Gatineau. Ce qui m’impressionnait le plus, c’étaient les couchers de soleil. Au début, je pensais que l’astre du jour mourait chaque soir et j’avais terriblement peur de ne jamais le revoir. Ensuite, je me suis dit qu’il devait aller dormir et puis, j’ai finalement compris qu’il allait vers une autre partie du monde car j’avais eu la chance de recevoir en cadeau un globe terrestre.

J’avais une balançoire que mon père m’avait installée en face de la rivière et je m’y installais pour admirer ce que j’appelais et appelle toujours un miracle de la nature. C’était pour moi un petit moment de bonheur que je gardais caché au fond de mon cœur d’enfant.

La première photo a été prise en Louisiane en décembre 2006 dans le bayou du Lac Martin avec mon ami Norbert Leblanc. Il a été d’une extrême patience et gentillesse pour la photographe amateur que je suis. Quand nous sommes arrivés au bord de la rive, à la noirceur tombante, et que nous étions transis par le froid, je savais que je venais de réussir la photo de la pochette de mon premier livre et j’étais très émue.

La deuxième photo a été prise à Monument Valey en Arizona. Ce soir-là, il ventait énormément et j’avais beaucoup de difficulté à ne pas bouger. À un moment donné, je n’ai plus senti  les rafales. J’étais complètement hypnotisée par ce que je voyais et j’avais l’impression que l’astre solaire était tellement près de moi qu’il allait me brûler la peau.

La troisième vient de la région de Santa Monica en Californie. J’avais décidé de ne pas faire de photo de ce coucher de soleil à cause des manèges de la fête foraine, mais la magie du moment, à nouveau, m’a enveloppée et je n’ai pu m’empêcher de prendre quelques clichés.

Lors d’un coucher de soleil, je me sens toujours mourir dans l’infini pour mieux renaître ensuite…

France Valiquette