Nouvelle février 2015.




Pilar point, Californie 2015

La grande Déesse des océans, la Vague.

Lors de ma dernière aventure en Californie, j’ai découvert les différents visages que peut avoir une Vague. Je me demande comment j’ai pu pendant si longtemps les regarder sans véritablement les voir et les comprendre.

Durant une belle journée où je contemplais la mer, le vent est venu à mon secours et j’ai appris à connaitre mieux la Déesse de l’océan. Les heures ont passé et puis le soleil est descendu sur la mer et a projeté ses rayons à travers ses formes si élégantes, et j’ai pu saisir davantage ce qu’elle était vraiment.

Le feu éclairait ses entrailles et le souffle coupé avec les larmes aux yeux, j’ai senti et vu la puissance de son énergie. J’ai compris alors qu’elle faisait sans doute partie du grand attachement qu’ont les marins pour la mer.

Elle commence quelque part dans le milieu de l’océan et sa volonté de vivre l’amène à s’exprimer avec intensité, rage, folie, ainsi qu’avec une douceur indescriptible digne d’une caresse de l’Être aimé. Son langage est si difficile à décoder, il enchante nos oreilles ou bien cela crée l’inverse, leurs sons font ressortir du plus profond de nos entrailles, l’angoisse et la peur.

J’ai passé de nombreuses heures avec Elles afin de me laisser lentement pénétrer de leur énergie. J’ai tenté dans le plus grand respect de prendre des photos qui donneraient un visage de ce qu’elles sont véritablement…

Le 24 décembre 2014, la Vaque surnommée Marwick est venue s’écraser sur la plage de Pilar Point en Californie. Elle avait plus 15 pieds de haut selon les experts de la région. Un garde-côte m’a montré sa photo. Elle était tout simplement sublime.

Chaque Vague est unique et quand elle arrive à la fin de sa grande traversée et qu’elle s’écrase sur une plage ou un rocher, la Déesse des océans rend son dernier soupir.



    France Valiquette